Notre magazine
S'abonner au magazine
Épinal
Publié le 3 juillet 2015 à 11h48
Surirradiés d’Epinal : un verdict plus clément qu’en première instance

Le jeudi 2 juillet le procès en appel de l’affaire des surirradiés d’Epinal s’est achevé sur une condamnation à une peine moins lourde qu’en première instance pour les trois prévenus.

Sursis pour les médecins et le physicien

Après cinq semaines de procès et un verdict reporté de trois mois, la cour d’appel de Paris a finalement rendu son arrêt le 2 juillet dans l’affaire des surirradiés d’Epinal. Les deux radiothérapeutes Michel Aubertel et Jean-François Sztermer, ainsi que le radiophysicien Joshua Anah ont été condamnés tous les trois à une peine identique : trois ans d’emprisonnement avec sursis, assortis d’une interdiction définitive d’exercer la médecine. Une condamnation allégée par rapport à la première instance où les prévenus avaient écopé de 18 mois de prison ferme. En appel, tous trois ont été reconnus coupables d’homicides involontaires, de blessures involontaires et d’omission de porter secours. Seul Joshua Anah a également été reconnu coupable de soustraction de preuves.

Un verdict tout en compromis

Au sortir de la salle d’audience, chaque partie a fait part de son sentiment : « On passe d’une peine de prison ferme totalement injustifiée à une peine avec sursis donc pour le Dr Sztermer c’est un soulagement », affirmait Hervé Témime, l’avocat de l’ancien radiothérapeute. Pour sa part Janick Languille, l’avocat de Michel Aubertel, a évoqué un verdict « à la croisée des chemins judiciaires » : « La condamnation a été considérablement allégée car la cour d’appel qui peut-être a compris que les prévenus avaient commis des fautes, mais qu’elles ne justifiaient nullement une peine ferme ». Quant à l’avocat de Joshua Anah, Jean Reinhart, il évoquait un possible recours : « M. Anah peut se satisfaire qu’une partie de la justice lui ait été rendue. Il va réfléchir à un éventuel pourvoi en cassation, cependant la prison avec sursis reste certainement supportable. »

La satisfaction des victimes

Malgré une peine moins sévère qu’en première instance, le président de l’association des victimes surirradiées ne cachait pas sa satisfaction à l’énoncé de la sentence : « Le point positif, c’est que la condamnation les reconnaît coupables tous les trois sur tous les chefs d’accusation, déclarait Philippe Stabler. Ce ne sont pas des assassins, alors malgré tout trois ans de prison c’est une sentence lourde ». Enfin Gérard Welzer, l’avocat des parties civiles a tenu à rappeler le caractère inédit de cette condamnation : « La déclaration de culpabilité est rarissime en matière de santé publique dans les catastrophes collectives. C’est un arrêt de cour d’appel qui fera date », assurait-il.

Carla Ferrand
Flux RSS des nos actualités Partager cet article sur Facebook

Commentaires Soyez le premier à déposer votre commentaire

Derniers commentaires
Manips radios, une profession de plus en plus négligée, abaissée, dénigrée et sans aucune (...)
Le Dr Okojie Herbal Centre m’a guéri du cancer de la petite cellule au cancer des (...)
merci de votre analyse mais ne terminez pas seulement sur le sol français, moi je (...)
Articles les plus populaires
Lien du mois
Mon manip-info
E-mail
Mot de passe
Retrouvez notre nouveau site internet www.docteurimago.fr