Notre magazine
S'abonner au magazine
Radiologie
Publié le 1er décembre 2016 à 09h52
17 colis de déchets radioactifs dans la nature

Entre juillet 2015 et avril 2016, un hôpital parisien, a perdu la trace de 17 colis de déchets radioactifs, dont 4 bidons de 10 litres contaminés à l’iode 125. Selon l’ASN, un manquement aux procédures d’entreposage est en cause.

À Paris, 17 colis de déchets radioactifs solides et liquides ont disparu des radars. L’Autorité de sûreté nucléaire a été informée de cet événement significatif de radioprotection le 25 juillet dernier.

Des déchets contaminés à l’iode 125 ou au tritium

Ces déchets ont été produits par le laboratoire de biochimie hormonale de l’hôpital Saint-Louis entre juillet 2015 et avril 2016. Ils sont contaminés à l’iode 125 ou au tritium. Parmi les 17 colis figurent 4 bidons de 10 litres contaminés à l’iode 125.

Évacués vers une filière non appropriée

La disparition a été détectée par les services de radioprotection de l’hôpital Saint-Louis « dans le cadre de la cessation d’activité des techniques utilisant des radioéléments dans le laboratoire. » Les déchets n’ont pas été réceptionnés au niveau des locaux d’entreposage des déchets radioactifs de l’hôpital. « Ils auraient été évacués vers une filière non appropriée », informe l’ASN.

En cause : des écarts au référentiel qualité, notamment un manquement aux procédures

« L’identification et l’analyse des causes ont montré des écarts importants au référentiel qualité et notamment un manquement aux « procédures d’entreposage et d’évacuation des déchets radioactifs » décrites par ailleurs dans le Plan interne de Gestion des Déchets de l’établissement », poursuit l’Autorité de sûreté nucléaire, qui a classé l’événement au niveau 1 de l’échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, qui en compte 7. Elle veillera à ce que des actions correctives soient mises en place.

Un danger potentiel

« Bien que l’activité totale des substances potentiellement rejetées soit faible, ces colis de déchets radioactifs pourraient présenter un risque d’exposition ou de contamination qui ne doit pas être négligé en cas de dispersion, notamment pour les bidons de 10 litres contaminés à l’iode 125 », avertit l’ASN. Les déchets solides ont été conditionnés dans des fûts jaunes contenant des déchets d’activité de soins à risque infectieux et des sacs transparents contenant des gants, des bouchons, des tubes et des embouts de pipettes en plastique. Les déchets liquides ont été conditionnés dans des bidons blancs de 10 litres et des bidons de 5 litres. Si vous trouvez ces colis, il convient de prévenir l’ASN au 0800 804 135 ou l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) au 01 58 35 95 13.

Jérôme Hoff
Flux RSS des nos actualités Partager cet article sur Facebook

Commentaires Soyez le premier à déposer votre commentaire

Derniers commentaires
Manips radios, une profession de plus en plus négligée, abaissée, dénigrée et sans aucune (...)
merci de votre analyse mais ne terminez pas seulement sur le sol français, moi je (...)
Bonjour, je voulais simplement vous signaler mon mécontentement par rapport à la hausse (...)
Articles les plus populaires
Lien du mois
Mon manip-info
E-mail
Mot de passe
Retrouvez notre nouveau site internet www.docteurimago.fr