Notre magazine
S'abonner au magazine
Profession
Publié le 24 mai 2016 à 18h30
Revenus des médecins libéraux : les radiologues septièmes au palmarès

La Caisse autonome de retraite des médecins de France a publié sont tableau des revenus des médecins libéraux pour l’année 2014. Avec 118 792 euros en moyenne de bénéfices non commerciaux déclarés cette année, les radiologues arrivent en septième position. Pour la FNMR, les restrictions budgétaires pèsent sur les revenus de la profession.

Le 20 avril dernier, la Caisse autonome de retraite des médecins de France (CARMF) a dévoilé son tableau des revenus nets des médecins libéraux pour l’année 2014.

+ 2,28% pour l’ensemble des médecins par rapport à 2013

Les données collectées s’appuient sur les bénéfices non commerciaux [1] (BNC) déclarés par 105 000 médecins libéraux, généralistes et spécialistes :« Pour les 105 000 déclarations enregistrées, les revenus sont en augmentation de 2,69 % en euros courants par rapport à 2013, 2,28 % en tenant compte de l’inflation 2014 (0,41 %) », indique la CARMF.

Les radiologues un peu au-dessus de la moyenne

Avec un BNC moyen de 118 792 euros sur l’année 2014 (+1,47% par rapport à 2013), les radiologues sont en septième place au classement des plus hauts revenus des médecins spécialistes. Loin derrière les cancérologues, qui arrivent en première place avec 216 788 euros de revenus nets sur la même période. Ils se placent tout de même un peu au-dessus de la moyenne des médecins spécialistes, dont les revenus moyens atteignent 104 065 euros (+3,08% par rapport à 2013).

La FNMR réagit

Pour la Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) ces chiffres, « reflètent la réalité des revenus des médecins libéraux ». « Contrairement à certaines publications qui placent les radiologues dans le trio de tête des revenus (Une étude de la DREES leur attribue ainsi 189 770 euros de revenus d’activité en 2011), ces chiffres montrent qu’ils ne sont qu’au 7e rang, après trois années de fortes baisses entrainant la fermeture de nombreux cabinets de radiologie de proximité et la perte d’emplois induits », déclare un communiqué.

Une pression économique pesante

La FNMR déplore que la situation du secteur de l’imagerie médicale soit fortement marquée par des restrictions budgétaires. Dans son communiqué, elle mentionne les économies imposées à la profession, à hauteur de 900 millions d’euros sur les sept dernières années :« Toute nouvelle baisse tarifaire constituerait une menace pour les cabinets d’imagerie qui investissent sur leurs fonds propres pour maintenir la qualité des équipements », conclut-elle.

Carla Ferrand

[1] Les revenus soumis à l’impôt sur le revenu (IR) issus des activités des professionnels libéraux sont imposables dans la catégorie des BNC, bénéfices non commerciaux.

Flux RSS des nos actualités Partager cet article sur Facebook

Commentaires Soyez le premier à déposer votre commentaire

Derniers commentaires
Manips radios, une profession de plus en plus négligée, abaissée, dénigrée et sans aucune (...)
merci de votre analyse mais ne terminez pas seulement sur le sol français, moi je (...)
Bonjour, je voulais simplement vous signaler mon mécontentement par rapport à la hausse (...)
Articles les plus populaires
Lien du mois
Mon manip-info
E-mail
Mot de passe
Retrouvez notre nouveau site internet www.docteurimago.fr