Notre magazine
S'abonner au magazine
Produits
Publié le 30 mars 2015 à 08h00
Un appareil de radiologie à bas coût pour les pays du Sud

L’école polytechnique fédérale de Lausanne a présenté un prototype d’appareil de radiologie résistant et bon marché pour les pays du Sud. Objectif : permettre aux pays en développement d’accéder à l’imagerie médicale dont ils sont trop souvent privés.

L’école polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), en Suisse, a présenté début mars un prototype d’appareil d’imagerie à bas coût développé pour les pays du Sud. Le coût d’achat et d’entretien de cet appareil, baptisé GlobalDiagnostix, est annoncé comme dix fois inférieur aux solutions existantes. Une économie obtenue en partie grâce à un capteur d’images composé de douze capteurs CMOS bon marché et faciles à trouver dans le commerce.

Résister aux conditions climatiques extrêmes

Ce capteur d’images est aussi conçu pour résister aux chocs ainsi qu’à la température et à l’humidité. Des conditions climatiques extrêmes qui rendent les appareils « classiques » hors d’usage en quelques semaines. Pour les mêmes raisons, GlobalDiagnostix ne comporte aucune électronique dans le contrôle des mouvements de l’appareil. Seuls des éléments mécaniques, solides et inoxydables, sont sollicités.

Supporter les réseaux électriques instables

Surtout, annonce l’EPFL, GlobalDiagnostix est capable de supporter les réseaux électriques instables des pays du Sud. Son module d’alimentation fournira une puissance qui ne surcharge pas les réseaux des hôpitaux locaux. L’appareil est aussi équipé d’un système de stockage d’énergie qui lui permet de fonctionner plusieurs heures sans apport de courant extérieur

Un second prototype en 2016

Une entreprise à but social est en cours de création pour engager la commercialisation de cet appareil. Ses créateurs cherchent à collecter 2 millions de francs pour mener des tests de fiabilité. Un second prototype devrait voir le jour en 2016. « Deux tiers de l’humanité n’ont pas accès aux techniques de radiologie, affirme un communiqué de l’EPFL, qui ajoute que l’absence d’accès à la radiologie dans une grande partie des pays du Sud représente un grave problème de santé publique, que ce soit pour le dépistage de la tuberculose ou les soins des blessés de la route. »

Une collaboration avec le Cameroun

Le projet est piloté par EssentialTech, le programme de l’EPFL pour la création de technologies permettant d’aider au développement des pays pauvres. Des laboratoires de l’EPFL, dix groupes de recherche de la HES-SO (domaine santé, ingénierie et design), l’Institut Paul Scherrer, le CHUV, la fondation EssentialMed et l’Institut tropical et de santé publique suisse y travaillent, en collaboration avec l’Hôpital universitaire de Yaoundé (Cameroun), le Centre universitaire de recherche sur l’énergie pour la santé au Cameroun, et d’autres acteurs locaux.

Jérôme Hoff
Flux RSS des nos actualités Partager cet article sur Facebook

Commentaires Soyez le premier à déposer votre commentaire

Derniers commentaires
Manips radios, une profession de plus en plus négligée, abaissée, dénigrée et sans aucune (...)
Le Dr Okojie Herbal Centre m’a guéri du cancer de la petite cellule au cancer des (...)
merci de votre analyse mais ne terminez pas seulement sur le sol français, moi je (...)
Articles les plus populaires
Lien du mois
Mon manip-info
E-mail
Mot de passe
Retrouvez notre nouveau site internet www.docteurimago.fr