Notre magazine
S'abonner au magazine
Études scientifiques
Publié le 27 octobre 2016 à 08h00
L’IRM cérébrale à la recherche de marqueurs précoces des troubles cognitifs vasculaires

Des chercheurs se sont penchés sur les troubles cognitifs vasculaires. Grâce à l’imagerie cérébrale, ils espèrent pouvoir identifier des biomarqueurs qui seront utilisés pour prédire et suivre ces pathologies.

Face à l’enjeu du vieillissement de la population et de la neurodégénérescence, des chercheurs ont utilisé l’IRM cérébrale pour réaliser une étude sur les troubles cognitifs vasculaires. Objectif : identifier des biomarqueurs pour faciliter leur diagnostic précoce.

Un challenge médical actuel

« La prévalence de la déficience cognitive vasculaire et de la démence vasculaire est en augmentation chez les personnes âgées », indique le préambule de l’article publié dans la revue Radiology. Cependant, le diagnostic des troubles cognitifs vasculaires reste difficile. C’est pourquoi les chercheurs de l’université de Nottingham se sont penchés sur ces pathologies, afin de mieux les identifier et de comprendre leurs mécanismes.

Le rôle de l’imagerie du tenseur de diffusion

Ils ont observé que les patients présentant une sténose de l’artère carotide symptomatique « ont un risque accru de développer un trouble cognitif vasculaire, en plus d’être prédisposés à la neurodégénérescence liée à l’âge ». Ils ont donc fait appel à une cohorte de 108 patients qui avaient récemment eu un AVC ou un AIT, auxquels ils ont fait passer une IRM cérébrale. Grâce à l’imagerie du tenseur de diffusion, ils ont pu étudier les lésions de la substance blanche.

Des pistes découvertes

53 patients (49 %) présentaient une déficience cognitive et ont été identifiés comme ayant « un trouble cognitif vasculaire probable ». Ces patients étaient davantage atteints d’atrophie du lobe temporal médian, d’infarctus corticaux, et présentaient un plus grand volume de lésions ischémiques subcorticales aiguës et chroniques. La performance cognitive globale n’était pas corrélée avec le volume des lésions. En revanche, elle l’était avec la présence de lésions ischémiques chroniques dans les voies interhémisphériques et les radiations sensitives thalamiques. La diffusivité moyenne du squelette s’est montrée la plus prometteuse pour le diagnostic du trouble cognitif vasculaire.

Lutter contre la détérioration progressive du tissu cérébral sous-cortical

Les chercheurs concluent que « les résultats fournissent des indications sur la façon dont la maladie cérébrovasculaire contribue à la déficience cognitive et/ou à la démence, et mettent en évidence la nécessité de lutter contre la détérioration progressive du tissu cérébral sous-cortical. »

Carla Ferrand
Flux RSS des nos actualités Partager cet article sur Facebook

Commentaires Soyez le premier à déposer votre commentaire

Derniers commentaires
Manips radios, une profession de plus en plus négligée, abaissée, dénigrée et sans aucune (...)
Le Dr Okojie Herbal Centre m’a guéri du cancer de la petite cellule au cancer des (...)
merci de votre analyse mais ne terminez pas seulement sur le sol français, moi je (...)
Articles les plus populaires
Lien du mois
Mon manip-info
E-mail
Mot de passe
Retrouvez notre nouveau site internet www.docteurimago.fr